Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eliane Roi

QUAND LA HAINE ANTI-HOMME VA TROP LOIN

                                                     Ou les dérives du néo-féminisme

      Les féministes seraient-elles devenues «anti-hommes»?

Certes les combats féministes qui ont jalonné le vingtième siècle se sont avérés indispensables, car ils visaient alors l’accès à des droits et des libertés auxquels les femmes ne pouvaient prétendre. Vote, permis de conduire, tenue d’un compte en banque nominatif, contraception, avortement, divorce : ce que l’on nomme l’émancipation féminine concernait alors une égalité et une indépendance (économique, morale) de la tutelle de l’époux, du père de famille. Ces combats étaient justes.

Nombre de féministes de nos jours franchissent la ligne rouge en transformant leurs attaques contre le sexisme et la violence en attaques contre les hommes.

La misandrie (Le fait d'éprouver de l'aversion pour les personnes de sexe masculin ) est l’équivalent de la misogynie pour l’autre sexe.

Avec #MeToo (balance ton porc), la parole féminine s’est libérée. Aujourd’hui la misandrie s’affirme dans les milieux féministes. Un rejet du masculin, une riposte à l’oppression patriarcale, sont revendiqués et deviennent une étape radicale. J’ai déjà vécu cela dans les années 90, où les collègues masculins n’osaient même plus nous offrir un café par peur d’être taxés « d’agresseurs sexuels ».

Ces attaques ont plusieurs fâcheuses conséquences. Elles sont contre-productives parce qu’elles irritent des hommes qui auraient pu être de véritables alliés du féminisme, en les détournant de la cause (comme la lutte contre les violences, l’avortement ou la contraception) .

La saturation des médias par ce sujet fatigue, ou pire, exaspère. Autre problème à ce biais : la femme est ramenée à la position de victime ou de moralisatrice à l’excès, de donneuse de leçons.

A Saint-Laurent-du-Var et à Villeneuve-Loubet, des emballages de baguettes alertent et informent sur les violences faites aux femmes. Ils sont distribués dans certains établissements. Cela va se poursuivre durant deux semaines dans tout le département. Les bénévoles du collectif Nous Toutes 06 organisent ces distributions de sacs à pain , qui ne manqueront pas de faire réagir les clients et entretiendront ce climat anxiogène dont les médias nous abreuvent depuis des semaines.

QUAND LA HAINE ANTI-HOMME VA TROP LOIN

Avec, au dos, de ces sachets de pain un "violentomètre" qui répertorie les différents types de violences sous forme de baromètre (bonjour la joie des fêtes de Noël) !

Bien sûr que les femmes victimes de violences doivent être écoutées, prises en charge et aidées par la société, par le gouvernement en particulier ; mais entretenir ce climat délétère depuis des semaines par médias interposés peut desservir la cause au lieu de la servir et contribuer à une haine anti-hommes . Injustifiée, rappelons-le.

Après l’écriture inclusive, la « sororalité », la féminisation des noms de professions (chef, cheffe, maçon, maçonne…), les néo-féministes vont trop loin avec cette nouvelle « forme d’action » que sont les sachets de baguette « violontomètres » où les femmes sont invitées à classer LE DEGRE DE COMPORTEMENT DE LEUR CONJOINT (???). Ce n’est hélas pas un gag, nous l’avons vu au journal télévisé de 13 H et j’en ai eu la confirmation sur Internet !!!

J’espère que mes petits-enfant n’auront pas ce genre d’emballages lorsqu’ils iront chercher leur pain.

J’espère que les gens seront suffisamment intelligents pour savoir que tous les hommes ne sont pas violents, que ce ne sont pas tous des abrutis comme veulent nous le faire croire les féministes radicales et que c’est tous ensemble que nous pouvons lutter contre les violences de la société (les violences de certains hommes découlent de la violence de la société, du monde capitaliste et du milieu anxiogène ENTRETENU CHAQUE JOUR PAR LES MEDIAS.

A quand un débat ou une journée contre les violences FAITES AUX HOMMES, contre les violences FAITES AUX ENFANTS, qui sont les grands oubliés dans ce marasme ? Le décompte des féminicides est quotidien à la télévision, et le nombre de décès des enfants morts sous les coups d’un ou des deux parents, on en parle quand ? Le sujet des hommes battus par leur conjoint(e) restera-t-il encore longtemps tabou ???

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article