Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eliane Roi

Un douzième passager inscrit dans l'aventure de l'Autocar en folie. Souhaitons-lui la bienvenue. Ca s'arrose.

Bienvenue au petit nouveau dans notre car qui pue des pieds (c'est Claude).

Robic est coureur cycliste. Il grimpe en haut du mont Ventoux comme personne. Son fils est président national des amis de San Antonio. Ca nous fait deux points communs : j'ai eu cinq coureurs cyclistes dans ma famille et j'ai lu TOUS les San Antonio.

Robic a été long à démarrer parce que son vélo n'était pas prêt (enfin, c'est ce qu'il nous a dit).

Un douzième passager inscrit dans l'aventure de l'Autocar en folie. Souhaitons-lui la bienvenue. Ca s'arrose.

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, il quitte son village au petit matin, laissant derrière lui femme, enfants, maîtresses, veaux, vaches, cochons, Macrons...  Il compte nous rejoindre rapidement, sa vitesse à vélo étant phénoménale, il peut nous rattraper dans la journée, en faisant tout de même des pauses dans notre jolie campagne :

Un douzième passager inscrit dans l'aventure de l'Autocar en folie. Souhaitons-lui la bienvenue. Ca s'arrose.

N'ayant pas oublié sa boîte à pharmacie, il a mis la vitesse Grand V après absorption de plusieurs dérivés et génériques du Doliprane :

Un douzième passager inscrit dans l'aventure de l'Autocar en folie. Souhaitons-lui la bienvenue. Ca s'arrose.

Ce qui lui a permis, effectivement de nous rejoindre et d'attaquer une bonne nuit de sommeil, dans l'autocar, bien méritée ; non sans avoir fini la bouteille de vin rouge d'Ulysse qu'il cachait au fond de son sac mais que Mo a fini par trouver en cherchant la petite culotte de Marie. On peut constater que Robic s'est vite adapté à l'ambiance du bus, entre le pinard et les strings.

Ca promet.

Laissons-le dormir, donc, mais pas trop quand même ; il risquerait de rater des épisodes et son point de vue est capital(d'imprimerie) pour la suite des événements.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Pour donner un peu plus de rytme à cette chorale composée de virtuoses peu vertueux, je mets à l'air mes roubignoles et les transforme en castagnettes ! En avant la musique ! Par inadvertance, à la sixième mesure, je lache ma baguette qui va se ficher dans le trou de balle de ce con de marcel toujours à poil et qui du coup entame une danse de singuie ! Voyant ce drôle de spectacle, Marie hésite à remettre sa culotte puis y renonce pour qu'on puisse admirer sa pousse de champignons !
Répondre
E
Hé ben ! Hugues ! Te voilà effectivement prêt à nous suivre dans cette équipée sauvage.
Je précise que l'Autocar n'est pas une boîte échangiste ou partouzarde. C'est juste une équipe de joyeux drilles qui aiment la vie et rire. On continue. On ne sait pas où on va ; mais on y va.
Je t'embrasse.
M
Il ne sait pas du tout dans quoi il s'embarque ! Est-il au moins au courant que Marcel n'est pas très loin, tu aurais du le prévenir :) Mais plus on est de fou, plus on rit, c'est bien connu ! bisous
Répondre
E
Bonjour Manou ; je suis contente que tu fasses aussi partie de l'équipage ; ça remontera peut-être le niveau intellectuel de notre bande. Tu parles de branquignoles ! Et dans "branquignole", il y a "gnole". Ca me fait penser qu'il va falloir penser à faire des courses ; on a soif.
(c'est pour rire, je ne bois pas d'alcool).
F
Robic, c'est lui qui a remporté le Tour en 1947, il me semble... m'est avis qu'asteure l'est très mou des mollets alors il y va à la piquouse à répétition pour tourner à fond les manivelles...
Bon les escargots, j'vous explique : en Charente, ce sont des cagouilles,( non ! pas des qu'a couilles), et, en Poitou, des lumas... Maintenant, je pense qu'il faut renouveler votre tour de chant, mes bons amis du car à fond en perdition et c'est Robic qui m'a inspirée cette ritounelle sur l'ai de Père Dupanlou... :

Robic entonne :

J'ai des cagouilles dans mon caleçon - (à vous : bis )
Et des limaces dans mon veston - (à vous : bis )
Ça fout la glu dans ma culotte
Et ça me pèle les échalotes...

Ah ah ah oui vraiment )
J'ai de la bave dans mon fondement ! ) Bis


J'ai deux lumas dans mon slibar - (à vous : bis )
Et un p'tit ver à fond d'calbar - (à vous : bis )
Voilà qu'çà grouille dans ma culotte,
Les limaçons me la suçote...

Ah ah ah oui vraiment )
J'ai de la bave dans mon fondement ! ) Bis


Marcel enchaîne

J'ai des morpions dans mon caleçon, - (à vous : bis )
Un gras tænia dans mon croupion - (à vous : bis )
Et lorsqu'il se met en pelote,
J'ai les couilles qui remontent à la glotte …

Ah ah ah oui vraiment )
J'ai mis la chtouille dans mon fondement ! ) Bis


Marie reprend

Voilà huit jours qu'suis sans culotte - (à vous : bis )
Et j'sais pas c'qui se traficote - (à vous : bis )
Sous ma jupe c'est la révolution,
Y m'pousse plein de champignons...

Ah ah ah oui vraiment )
J'ai des coulures dans mon fondement ! ) Bis


Claude ajoute

J'ai deux belles boules dans l'pantalon, - (à vous : bis )
Et bien tendu, un beau bâton - (à vous : bis )
J'aime bien toutes les p'tites cocottes
Surtout celles qu'ont plus d'culottes.

Ah ah ah oui vraiment )
J'ai gros matos dans mon fondement ! ) Bis

Bon je vous laisse en composer d'autres couplets et refrains, dans ce car bordélique, y a matière n'est-ce-pas ?...
Répondre
E
Merci Patrice ! je note ces paroles hautement intellectuelles pour nos prochaines chansons. J'espère que tout ceci ne passera pas à la télévision ; si c'est le cas, on dira que tu es responsable de tout : des paroles, du bazar, des odeurs, des cuites.....
U
Ah c'est le Robic qui a piqué mon pinard , j'vas lui crever les pneus à moins qu'il m'invite à voir un coup au prochain bar !
Répondre
U
Merci le Fée pour le conseil je vais me méfier de Marcel ! Bon si vous vendez son vélo pour du pinard je veux être de la fête ! Et si vous voulez bien me prêter Tintin et la fille cachée de Macron " je suis preneur
F
Vous n'aurez pas le temps de lui crever les pneus, Monsieur Ulysse ; on va vendre son vélo pour s'acheter du vin. Dans la vie il faut faire des choix. Et à votre place, je ne mettrai pas les pieds dans un bar avec Marcel, c'est risqué. Certains partent sans payer, Marcel, lui, part sans manquer de l'incendier ou de l'inonder. Le mieux, c'est encore d'avoir ce qu'il faut dans le bus. On est entre nous.
Quand on n'est pas au poste de police, on peut dormir dans le bus, chanter des chansons de colo (Morpionibus), boire, lire "Tintin et la fille cachée de Macron", chatouiller Robic ou lire les bouquins de Manou des sources.......
M
Je note avec intérêt que le personnage qui roupille dans la nature semble avoir les boules.
Marie devrait se méfier?
Répondre
C
Ce ne sont pas ses boules, c'est les escargots qui ont élu domicile dans son calbart, mais comme tu peux le constater ce ne doit pas être l'hôtel 3 étoiles car ils ne font que passer, ce qui ne laisse pas Robic insensible, oh le vicieux
C
Plus on est de fous et plus on rit mais le pauvre ne sait pas encore dans quelle galère il s'embarque.Personnelement,j'aurais suivi le bus en vélo ce serait moins risqué.
Bonne fin de journée Eliane.
Bises.
Christian
Répondre
C
Mais c'est bien ce qu'il comptait faire, nous suivre et boire des coups à chaque arrêt, mais ce con de Marcel a écrasé son vélo en voulant garé le bus, heureusement que Robic avait sauté dans le fossé, c'est ce qui l'a sauvé, quand il est ressorti du fossé on aurait dit Berrurier qui sort du restaurant, pour te dire qu'il était pas triste à voir
M
S'teplé Christian, dis moi comment tu fais pour aller à la ligne dans les commentaires d'overblog?
E
Hugues(au frais) veut être avec nous. Ne lui gâchons pas son plaisir. On va vendre son vélo à 13 000 euros, on pourra s'acheter du pinard.................
Si tu te mets à côté de lui, il te parlera des poussières d'étoiles, galaxies et extra-terrestres. Si seulement la Denrée pouvait nous apporter un peu de soupe aux choux ; ça accompagnerait bien l'apéro...
R
Arrivé à peine essoufflé vu les dizaines de piqures anti dopages, je suis acclamé par les passagers qui,un instant, un instant seulement, se débouchent le nez qu'ils pinçaient à cause de pieds sals, Je me suis endormi et rêvais que je sortais d'un oeuf, d'où la vision fofole d'un Marcel tout nu, se débarrassant de ses morpions !
Répondre
C
Tu aurais pu penser à amener à bouffer, on aurait même bouffer les escargots qui avaient élu domicile dans ton caleçon si tu ne les avais pas laissé filé, bon pas grave pour la bouffe on va se démerder.
Tu sais les applaudissements quand tu es arrivé, il ne faut pas te méprendre, ce n'étais pas pour toi, Marcel a marcher dans une grosse bouse de vache et le con en a mis plein le bus, je te cause pas les mouches qu'il y avait la dedans, alors on essayait de les claquer dans les mains. Et dire que certains disent que je pue des pieds, rien que des mauvaises langues
M
Quoi mon herbe? Qu'est-ce qu'elle a mon herbe? ;-)
Elle n'est pas fraiche?
Z
Hè Robic ! T'as le même prénom que le coureur cycliste des années 1870 ! C'est diiinngue !
Les piqûres, elles ne sont pas anti-dopages, elles sont bien un mélange entre l'herbe que Mo fait pousser dans son jardin et l'acide chlorydrifuchègeacidenuclépasclair qu'on a retrouvé dans les bidons du sac d'Ulysse. Et fais gaffe à tes rêves. Tu rêves d'un oeuf ; qui rêve d'un oeuf rêve d'un boeuf. On a déjà un bourrin en la personne de Marcel !
Si ton portable n'est pas déchargé (les nôtres ont coulé au fond de l'étang), tu peux me le passer, j'ai deux mots à dire à Riton de Cannes. Il nous a fait tromper de route avec ses explications à la con à l'insu de notre plein gré.
Merci, mon pote.
Zemmour te le rendra.