Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eliane Roi

Hier, retour de brocante

Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante

Nous descendîmes de l’omnibus ; j’étais avec mon amie Mathilde, toujours préoccupée par sa toilette, quand nous sommes arrivées devant une boutique bien achalandée, regorgeant de merveilles pour la modeste créatrice que je suis. Découvrant là de quoi faire mon bonheur, je farfouillai parmi ces breloques et objets d’antan, tout droit sortis des greniers de nos grand-mères.  Ayant trouvé mon bonheur, nous repartîmes, la joie au cœur, afin de confectionner ce délicieux patouillard aux pommes  dont se délectent nos amis Messieurs Zola et Courbet, toujours prompts à nous conter milles choses amusantes.

Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante

De quoi créer mille petites choses de décoration dans mon atelier :

Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Hier, retour de brocante
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Bonjour ,j'aime ces images anciennes ,tout ton petit bazar,les cafetières j'adore,jolis motifs,tissus ,dentelles ,cartes anciennes ,j'aime.douce journée..
Répondre
E
Merci Faustine ! Bonne journée à toi !
R
Comme quoi, les brocantes ne sont pas nées d'hier. Quand je travaillé au Lycée Lamartine de Paris, nous avons visiter, avec une vingtaines de profs, la maison de Zola. Un véritable musée, Puis une sourde douleur au cœur en regardant la cheminée, d'où parait-il sortait du gaz carbonique donnant la mort à E. Zola . La cheminée au sommet du toit étant obstruée, on en conclut à un assassinat. ( Hors de propos par rapport à la brocante)
Répondre
E
Merci Hugues pour ces précisions.
A demain pour la suite des aventures de Marcel conduit le car comme un con.
F
Et un petit coup de remonte-temps avec Lord Lodge Parlhante qui ne fait point la Lip au bras de Mademoiselle Hortense Gousset ...
Après les grandes galeries débordantes de soieries, rubans et organdis, musons dans les vieilles échoppe pour dénicher l'objet rare et ancien... et une cafetière une ! qui fera chic au coin de ma cuisinière en fonte et cuivre.
Ah la ville Madame ! Comme en vos yeux, y brille tant de charmes et de séduction ...
Répondre
C
Je vois ma chère que pour brocanter, peut on dire ainsi, vous allâtes à la ville d'ou cette affluence qui aurait fait fuir le pauvre rural que je suis, j'aime me rendre dans ces petits foires qui se font dans nos campagnes, foires ou l'on croise, maquignons, bonimenteurs, artisans sabotiers, boulangers, bouchers, sculpteurs sur verre, enfin toutes sortes de métiers et d'animaux ainsi que des maison qui s'ouvrent avec de bonnes gens qui présentent aux publics divers objets dont ils n'ont plus l'utilité. C'est dans cette ambiance un peu surannée que je me plais à vagabonder.
Répondre
E
Hé bien, mon ami ! Nous avons le même goût pour la chine. La chine -du verbe chiner- au sens de la fouille en brocante et autres ferrailleurs, chiffonniers ; pas la Chîne, ce grand pays pollué où l'on mange avec des baguettes. Comment font-ils pour couper leur beefsteak ???
A l'occasion, si nous réchappons de notre périple en autocar, pourrions-nous nous débarrasser de Marcel dans un "vide-maison", "vide ta cave", "vide ta chambre", "vide ton porte-monnaie"...... une personne ignorante ne connaissant pas Marcel pourrait l'emporter vers d'autres lieux........
Non, ses facéties nous manqueraient trop.
On s'le garde.
Le bougre.
M
Super, cette brocante!
Tu as même ramené un vieil autobus et des vêtements du XIXème siècle?
Bravo Nénette,
bisous,
Monique
Répondre
E
Hé hé hé ! Un jour je t'emmènerai avec moi dans ma machine à voyager dans le temps. En 1891 où je vis actuellement. Tu auras la robe, le corset (aie !), les jupons, l'ombrelle et les gants et tu te feras draguer par Monsieur Courbet, mais tout sera dans la gaité et l'insouciance, des Batignolles à Strasbourg-St Denis en passant par Montparnasse, où mon grand-oncle a engrossé la femme de son voisin Edgard qui était parti jouer au palet avec Marcel, ses quinze enfants et la femme du charcutier qui n'hésitait pas à pousser la rengaine sous les fenêtres pour arrondir les fins de mois.
Viens donc.
Grosses bises !
Nénette.
C
Et bien je vois que la collecte a été bonne,avec ce bric a brac tu vas pouvoir t'en donner a cœur joie pour de nouvelles créations.
Bonne fin de journée Eliane.
Bises.
Christian
Répondre
E
Merci Big Bigmous ! grosses bises pour toi et Toto.
M
Bonjour ma chère!
Que de trésors variées avez-vous trouvé dans cette caverne d'Ali Baba! Colifichets ou engrenages, je sais que vous en ferez bon usage, vous êtes en exemple pour les femmes, votre art et votre atelier montre bien que nous ne sommes pas toutes des petites choses fragiles ne savant que faire de leurs dix doigts. Je suis parfois oppressée dans ces magasins qui fourmillent de chalands, qui ne sont pas tous galants. Quelle chance vous avez d'être amie avec Messieurs Courbet et Zola, qui chacun dans son art est un artiste. était-il bon ce patouillard aux pommes? Quelle gourmande je fais,j'en ai l'eau à la bouche.je vais encore devoir délacer mon corset.
Beau dimanche ma chère, ici j'ai remisé mon ombrelle pour le parapluie!
Je vous embrasse! Prenez-soin de vous!
Répondre
E
Je prends grand soin de moi, ma chère Marilyne, ma vie est basée sur le bonheur, le bien-être et la joie de vivre. Je fuis ce qui peut être négatif, tout en étant à l'écoute des misères du monde et comment y remédier. Je ris toutes les cinq minutes, Louis de Funès est ma tasse de thé, Coluche mon dessert. Tout ceci ne m'empêche pas de chercher à rendre la vie meilleure, par les moyens dont nous pouvons disposer ; la prochaine fois que j'aurai l'occasion d'exprimer ma rébellion sera le 5 décembre, dans la rue, avec banderoles et slogans. Monsieur Zola m'encourage à continuer ce combat, qui est loin d'être inutile et Monsieur Courbet fait vagabonder mon imagination vers des pensées plus légères, voire polissonne, qui, je le vois, ne sont pas pour vous déplaire. Je vais à présent visionner du patinage sur glace, avec des bottines munies d'un accessoire qui permet ce sport élégant, le tout dans la petite lucarne à images mobiles.
Je vous salue bien bas, mon amie. A très bientôt.
Portez-vous bien.