Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eliane Roi

Ma création du 5 septembre 2019

5 SEPTEMBRE 1891


En vadrouille du  côté de la gare Montparnasse, je tombai, pas plus tard qu’hier, sur une boutique tenue par un chiffonnier fort sympathique. Il me vendit un objet avec un cadran  ressemblant à cet appareil de communication qui transmet la voix. Je m'empressai de le transformer avec quelque fanfreluches et vernis, qui ont charmé mon amie Gertrude, qui est toujours à l'affût des dernières nouveautés.

Ma création du 5 septembre 2019
Ma création du 5 septembre 2019
Ma création du 5 septembre 2019

Ma petite création :

Ma création du 5 septembre 2019
Ma création du 5 septembre 2019
Ma création du 5 septembre 2019
Ma création du 5 septembre 2019
Ma création du 5 septembre 2019
Ma création du 5 septembre 2019
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Le cocher m'a demandé à quelle heurt il devait passer vous prendre pour aller à la gaité lyrique assister à l'opérette de Mr Offenbach: la belle Hélène...
Répondre
M
Comme c'est étrange chère amie, je vous ai laissé un billet hier soir et ne le vois plus, aurais-je fait une manipulation qui l'ait fait disparaître... Je disais donc que vous avez trouvé là un appareil bien étonnant, qui me fait penser à l'invention de Monsieur Bell. Ma tante Hortense pense que cet objet n'a pas d'avenir et que les billets écrits sont plus surs... et bien voyez vous,non, j'en suis la preuve, mon billet a disparu... Quel dommage que je ne possède pas de bigophone, j'aurais pu vous appeler pour vous faire part de mon désarroi.
Mes hommages ma chère!
Répondre
C
Ma chère Maryline, je viens de prendre connaissance de votre mésaventure avec un billet qui a disparu et je comprends votre désarroi, figurez vous que cette aventure m'est également arrivée, aussi je me suis pris à observer ce qui ce passait lorsque nous laissions un petit mot à notre amie commune. Lorsque vous avez écrit votre billet et que vous l'envoyez, ne quittez pas le site de suite, regardez si votre billet apparait dans les billets publié, il arrive régulièrement qu'il ne soit pas parti, il faut une seconde fois appuyer sur valider pour le voir s'inscrire. Depuis que je prends cette précaution je n'ai plus de mots qui disparaissent.
Vous souhaitant plus de réussite dans vos prochains essais
Bien à vous
E
Ma chère Maryline, vous m'en voyez bien désolée ; ce n'est pas la première fois que l'on me dit que des billets disparaissent. Le dernier étant celui du sieur Claude Le Penseur, qui avait fait des recherches sur les personnalités du XIXème siècle et avait déposé un long commentaire ici. J'étais furieuse que ce texte disparaisse.
Merci pour votre commentaire. Nous aurons l'occasion de reparler de cet appareil que certains nomment dores et déjà "téléphone".
Je vous salue bien bas.
M
Oh ma chère ! Vous et vos amies vous êtes superbes et quel étrange instrument ! Vous dites que cet appareil transmet la voix, quelle révolution, quelle subtile création, un objet rare à la fois, si moderne, assorti à ma robe et tellement futuriste ! Il faut que je montre ça à Zola tout de suite :) bisous ma chère amie
Répondre
E
Ma chère Manou, je vois que vous vous intéressez à la chose. Cet appareil nous permettra de communiquer avec la France entière, voire le monde entier. Mon dieu, faites que nos causeries de cinq heures ne soient pas entachées par cet appareil qui fera rester les gens chez eux ! Boire une tasse de thé entre amies est un moment agréable que nous ne voudrions pas abandonner.
Nous en reparlerons plus tard ; mon fiacre m'attend afin d'aller faire quelque emplette.
Bien à vous.
K
Super ton portable à cadran! fait breveter!!!
Répondre
C
Une création originale.
Bonne journée Eliane.
Bise.
Christian
Répondre
E
Bonjour Christian ! Je recycle l'ancien (je ne parle pas de Giscard) ; je redonne une seconde vie à un objet d'antan. Vieux téléphones, vieux appareils photos, moulins à café........ Je customise TOUT. Si un jour tu viens ici, fais gaffe à toi.
Merci pour ton commentaire.
Excellente journée !
C
Qu'elle chose étrange que cet objet, j'ai vu ce type d'objet chez notre ami Clément Ader, je n'ai point osé lui demander à quoi il pouvait bien servir, vous connaissez notre ami, il m'aurait retenu la journée pour me donner des explications que je n'aurais pas compris, j'ai donc préféré m'abstenir de poser des question, mais lui parlait effectivement d'un objet qui allait révolutionner le monde, il prétend qu'avec cet objet nous serons un jour capable de nous parler d'un bout de la terre à l'autre. Croyez vous que cela soit possible?
J'avoue que je préfère vous voir convertir cette chose en décoration que de m'imaginer tous les bouleversements qui pourraient résulter de la description que m'en a fait Monsieur Ader.
Bien à vous très chère
Répondre
E
Comme vous avez raison, mon ami. Je ne pense pas que le monde soit meilleur avec toutes ces inventions à touches, à écrans, à images mobiles. Lors de mes voyages spatio-temporels, il m'arrive parfois d'en voir, au XXIème siècle. Des personnes, dans la rue, parlent tout seul avec des sortes de câbles dans les oreilles ; d'autres passent leurs journées sur de petits écrans à jouer avec des images de guerre.... Drôle d'époque que ce 21ème siècle. Je préfère rester ici en 1891 loin de cet agitement.
Je vous laisse, mon cher, mon fiacre m'attend. Je dois me rendre à une causerie avec Monsieur Zola ; il y est question de familistère. Je ne voudrais manque cela pour rien au monde. Si vous avez l'occasion de monter sur la machine volante de Monsieur Ader, saluez-le de ma part.
Je vous salue bien bas.
D
Superbe ce vieux cadran et toutes ces belles photos.
Je vais m'habiller plus simple, ce matin, pour aller passer mon scanner, mais le manteau est déjà sorti car il va faire froid !
Mais j'aime le froid et vais respirer ce bon air sans cette chaleur qui m'accable.
Bizettes ma poulette ♥
Répondre
E
Emmène une valise avec jupons, bustiers et crinolines ; je t'emmène dans ma machine à remonter le temps. En 1891, où je vis. Nous irons ensemble voir Monsieur Haussmann et ses grands magasins et boire une absinthe sur les grands boulevards. C'est parti mon kiki, comme en 1789 !