Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eliane Roi

Quand mes collègues se suicidaient...........................

Après une vague de suicides à FRANCE TELECOM entre 2007 et 2010, le procès de France Télécom aujourd'hui Orange et de son ancien patron Didier Lombard s'ouvre ce lundi, pour harcèlement moral (une première en France).
 Les syndicats et les victimes espèrent que sera celui d'"un système de harcèlement institutionnel" et qu'il servira d'exemple.
Six dirigeants devant la justice
Aux côtés de la personne morale France Télécom et de Didier Lombard, l’ancien patron, six dirigeants et cadres de l'entreprise sont jugés à partir de ce lundi 6 mai jusqu'au 12 juillet devant le tribunal correctionnel de Paris.  
Didier Lombard, Louis-Pierre Wenes, ex-numéro 2, et Olivier Barberot, ex-responsable des ressources humaines, comparaissent pour "harcèlement moral". Les quatre autres cadres sont jugés pour "complicité" de ce délit.

 

Quand mes collègues se suicidaient...........................

39 victimes citées dans le dossier


A l'époque engagé dans le délicat virage de la privatisation et des nouvelles technologies, le groupe voulait supprimer 22.000 postes entre 2006 et 2008 et procéder à 10.000 changements de métier.
Trente-neuf victimes sont notamment citées : dix-neuf se sont suicidées, douze ont tenté de le faire, et huit salariés ont subi un épisode de dépression ou ont été en arrêt de travail. Le suicide en juillet 2009 d'un technicien marseillais, qui avait évoqué un "management par la terreur", avait donné un énorme retentissement à l'affaire, renforcé par plusieurs actes similaires. Les plaignants, dont la fédération Sud-PTT, y voient la conséquence d'un "système" pour pousser les salariés au départ dans un contexte d'ouverture à la concurrence, après que l'Etat est devenu actionnaire minoritaire en 2004.
"En 2007, je ferai les départs d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte", avait lâché Didier Lombard en octobre 2006 devant des cadres supérieurs et dirigeants de France Télécom. Face aux enquêteurs, France Télécom et certains cadres ont nié l'existence d'objectifs de réduction d'effectifs, évoquant de simples "indications".
Mais aux yeux du ministère public, les objectifs de mobilités et de réduction des effectifs étaient devenus une fin en soi, quels que soient les moyens pour y parvenir : incitations répétées au départ, mobilités forcées, surcharge ou absence de travail, réorganisations tout azimuts... Didier Lombard avait quitté la direction opérationnelle du groupe en mars 2010, fragilisé par le scandale et une "énorme bourde", de son propre aveu, lorsqu'il avait évoqué "une mode du suicide".
"En 2007, je ferai les départs d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte", avait lâché Didier Lombard en octobre 2006 devant des cadres supérieurs et dirigeants de France Télécom. Face aux enquêteurs, France Télécom et certains cadres ont nié l'existence d'objectifs de réduction d'effectifs, évoquant de simples "indications".
Mais aux yeux du ministère public, les objectifs de mobilités et de réduction des effectifs étaient devenus une fin en soi, quels que soient les moyens pour y parvenir : incitations répétées au départ, mobilités forcées, surcharge ou absence de travail, réorganisations tout azimuts... Didier Lombard avait quitté la direction opérationnelle du groupe en mars 2010, fragilisé par le scandale et une "énorme bourde", de son propre aveu, lorsqu'il avait évoqué "une mode du suicide".

 

Quand mes collègues se suicidaient...........................

Syndicats et victimes attendent "un procès exemplaire"


Lors d'une conférence de presse mi-avril, les syndicats et les associations de victimes ont dit espérer que "le procès (soit) exemplaire". "C'est le procès de dirigeants qui ont utilisé la violence sociale comme méthode de management", a déclaré  pour Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange.
"On a vécu à cette époque-là une violence incroyable, avec la mise en place d'un système de harcèlement institutionnel au plus haut niveau de la hiérarchie et qui s'est décliné jusqu'en bas", a condamné Patrick Ackermann (SUD). "Le suicide en a été l'expression la plus extrême".  
Pour Dominique Riera (FO), c'est "le procès de toute une organisation du travail" qui démarre. Le syndicaliste a dénoncé "un système" pour mettre en place un vaste plan de suppressions d'emplois, "mais pas comme dans certaines entreprises qui respectent la légalité". C'était "un plan massif de dégagement".   


Source : France Bleu.

Quand mes collègues se suicidaient...........................
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Les affres de la concurrence, du libéralisme à outrance, de la précipitation des progrès techniques et du développement de l'outil numérique, un virage que bon nombre de grosses entreprises ont non seulement mal abordé mais surtout mal négocié.
le mot d'ordre : rentabilité associé à profits... pour l'élite... essentiellement.
Et la peur pour tous du haut au bas de l'échelle ...

N'oublions pas que l'usager (client) qui veut sans cesse, le mieux à bas coût... est lui aussi grandement responsable
Voyez ce qui se passe avec les hyper-marchés en ce moment.

Ce n'est non seulement le procès des dirigeants de France-Telecom mais aussi celui de nos sociétés ayant misé sur cet axe inébranlable : "profite et use toujours plus sans penser à demain, ne pensant qu'à toi-même" que nous devrions intenter...
Répondre
E
Je suis bien d'accord avec toi, Patrice ; je me contente de peu, ne change pas de bagnole tous les quatre matins, use mon téléphone portable jusqu'au bout, de même que mes fringues, tant que ma télé fonctionnera, je l'allumerai rarement -sic'estpourvoirdesconneries-, j'utilise très peu ma voiture, et ne recherche jamais à acheter les dernières technologies, nouveautés ou autres conneries dont on peu très bien se passer. Mais dénoncer encore et encore les patrons qui nous gouvernent et nous exploitent davantage chaque jour pour faire un maximum de profits, au détriment de la santé, de la vie et de la mort, des salariés, restera mon principal cheval de bataille. On ne dénonce jamais suffisamment les gens qui écrasent les autres à des fins politiques et financières.
C
Tu sais cette méthode de management n'a pas été pratiquée que par France Télécom, je l'ai subie en 2004 dans une plus petite entreprise, je connais parfaitement les dégats que cela engendre, j'espère que ces dirigeants vont payer le prix fort, trop d'autres resteront impunis, gestions de salopards et de fumiers, il n'existe pas de mot pour qualifier ces individus
Amicalement
Claude
Répondre
E
Un jour, je partais chez ma mère, sur l'autoroute ; dans l'auto-radio, j'ai entendu qu'un collègue de france télécom s'était immolé par le feu sur le parking de son service, en pleine journée.
J'ai arrêté la voiture sur un parking......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
E
Merci Claude pour ta solidarité . Je vais suivre ce procès de près. Grosses bises !
D
Mon ex était aussi employé de FT et a eu un collègue qui s'est suicidé : il en avait été très perturbé ...
J'espère que ce procès servira à quelque chose et que justice sera enfin rendue sur l'exploitation de ses employés, même s'il est un peu tard pour rétablir toute la vérité.
La france n'a jamais été reconnue pour sa rapidité à réagir à de telles tragédies qui auraient dû être traitée sur le champ.
Bonne journée, en espérant ...
Répondre
E
Merci Dom pour ton témoignage important. Les salariés en France (et dans le monde) sont de plus en plus en souffrance et je comprends la colère des gilets jaunes, qui n'en peuvent plus de cette souffrance et des fins de mois difficile. Mais SEULE une réelle organisation au sein d'un syndicat ou d'une association sérieuse pourra faire avancer les choses. La grève existe encore, elle est parfois victorieuse et si nous descendions dans les rues par millions on pourrait faire changer les choses. Sans violence. Les élections, pour l'instant, sont dans le flou ; on n'a plus de perspectives politiques. La fin des syndicats et des partis politiques est entretenue par le gouvernement qui préfère passer en boucle des gilets jaunes le samedi sans parler des salariés qui se battent quotidiennement dans leurs entreprises. Merci pour ta contribution. Ce débat est constructif.
X
Ah, le management ! Mon patron a suivi des cours de management. Il nous a dits qu'il avait appris plein de trucs... Comme celui de donner une responsabilité supplémentaire à ses salariés, pour qu'ils se "sentent importants" (quand le travail est déshumanisé). C'est ainsi qu'en plus de mon travail, j'ai été nommé, et là tiens toi bien, chef des lumières... Ce n'est que lorsque je lui ai fait remarqué que ce serait facile, vu qu'il n'y en avait pas à tous les étages, dans la boites.... Au sens propre, mais surtout au sens figuré :) Il a bien compris que je me moquais, mais je m'en fous. Ce "management" fait des ravages et j'officie dans une toute petite entreprise du bâtiment. C'est dire des grandes ?
Répondre
E
Merci Didier pour ton témoignage ; je suis parfaitement consciente que ces méthodes de management sont encore largement répandues dans les entreprises françaises. France Telecom a eu de nombreux suicides mais aujourd'hui je crois que c'est encore pire dans bon nombre de boîtes. J'aimerais que les gens se révoltent pluss ; que même s'ils sont déçus des syndicats existants, ils décident tous ensemble de faire grève, de manifester sans violence, d'arrêter tout ça, de remettre en cause cette société de déshumanisation, basée sur le fric. J'espère que les jeunes seront moins cons que nous.
C
j'ai encore en mémoire les infos de ce temps maudit où l'on nous apprenait le mal-être des employés de France-Télécom, j'étais outrée d'entendre les dirigeants minimiser les faits, ainsi que tu le décris, jusqu'au jour où ce ne fut plus possible et qu'enfin enquête sérieuse soit entamée, nous arrivons au procès et de toute ma conscience, j'espère qu'ils seront condamnés à la juste mesure de leur mépris pour leurs travailleurs et que ce procès servira de jurisprudence pour tous les dirigeants d'entreprises qui seraient tentés de suivre leur exemple !
amitié solidaire .
Répondre
E
Merci Marie-Claude ; je sais que ton état d'esprit est dans la lutte contre les injustices et tes actions pour une vie meilleure. Je n'en attendais pas moins dans ton commentaire. Grosses bises rochelaises !
M
Espérons que ce procès sera exemplaire. Il est grand temps de ne plus prendre les employés pour des pions que l'on change de case sans penser aux conséquences. Je te plains que tu aies vu tout cela de près c'est encore plus douloureux...C'est trop facile de rejeter tout ça sur les familles, et de les faire culpabiliser. bisous et bon dimanche
Répondre
E
J'ai quitté france télécom au moment où ça commençait à aller mal. On nous en demandait toujours plus. J'avais vu un reportage sur quatre cadres qui découvraient leurs bureaux vides un lundi matin sans explications. Dans la société capitaliste, l'Humain n'est plus respecté. Il n'est bon qu'à bosser pour le profit des patrons et des grands actionnaires. Si ce procès aboutit à une condamnation de ces méthodes de management inhumaines et immorales, ce sera -malheureusement- rendre, en partie, justice à ceux qui se sont donnés la mort et à leurs familles. Reste à espérer que ceux qui sont au service des exploiteurs soient obligés de tenir compte des aboutissants de ce procès.
M
J'en ai entendu parler sur Europe 1 et j'espère que cela servira...
Bises de Mireille du Sablon
Répondre
E
Merci Mireille ; j'espère que les medias en rendront compte aux infos, entre quatre pubs et trois feuilletons à la con.
M
Il en a fallu du temps pour en arriver au procès...
Je n'ai jamais appartenu à FT mais j'ai travaillé comme prestataire dans une société SSII qui avait des contrats avec FT. Mais comme je suis partie à la retraite en 2005, je n'ai pas eu connaissance des procédés qui font l'objet de ton billet. Tout de même, j'ai été appelée chez moi certains dimanches pour des dépannages informatiques et je faisais des installations logicielle la nuit. Sans jamais être payée en heures sup' d’ailleurs.
Bises
Répondre
E
Ha les salauds !
K
Tu as reconnu le dessin, bien sûr, un de ceux dont je suis le plus fier... J'ai connu 3 suicidés sur Montpellier. Ce qui m'a conduit à traiter mon DRH de facho! (la seule fois où j'ai perdu mon contrôle) Je vais peut-être ressortir cette histoire... En plus je suis presque certain qu'il y en a eu plus que ça, mais le suicide dans une famille c'est parfois lourd à porter, alors on parle d'accident de chasse ou autre "maladresse".....
Répondre
E
Oui Karak ton dessin fait froid dans le dos. Ressors cette histoire, les vérités sont toujours bonnes à dire. Et en matière de connerie de ces gros patrons pourris, il n'y a ni prescription, ni pardon. Je considère le suicide de nos collègues comme de l'assassinat. Et tu as raison de dire qu'il y en a certainement eu plus, des suicides, que les responsables à la queue basse ont eu tendance à minimiser les chiffres. Comme la police, pour le nombre de manifestants.
C
Dire une vérité, ce n'est pas perdre son contrôle que de dire la vérité...à ceux qui échappent à la morale humaniste ...en exploitant une position hiérarchique envers des "subordonnés". .."Gros dégueulasse " aurait dit l'Ami Reiser !
E
Je me souviens des réorganisations incessantes, passant par les changements de services parfois même le dimanche lorsque l'agent ETAIT CHEZ LUI ; le "toujours plus de chiffre" "faut faire du chiffre", les surcharges de travail ou, à l'inverse, le travail retiré brusquement sans explications, les "mises au placard"..... la période la plus noire que mon entreprise ait connue. Au début des suicides, l'"Administration" disait haut et fort que la cause était familiale -divorces, décès...- Vers le 10ème suicide, mes collègues précisaient noir sur blanc qu'ils mettaient fin à leurs jours à cause du management de france télécom POUR QU'ON LES CROIE. J'espère que ce procès rétablira la vérité et dénoncera les méthodes managériales qui sont encore monnaie courante dans les entreprises à l'heure actuelle.
Eliane Roi.
Répondre