Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eliane Roi

Le risque zéro n'existe pas... mais...

Le risque zéro n'existe pas... mais...

 Il va peut-être falloir commencer à se poser des questions, estime Emma Haziza, spécialiste météo sur Europe 1. Lundi matin, 15 octobre, le département de l'Aude n'a été placé en vigilance rouge qu'à six heures du matin... Or, les modèles météorologiques ont commencé à montrer des signaux d'alerte vers 3 heures du matin, explique la spécialiste. "Les gens dormaient, ils se sont retrouvés face à des vagues de submersion qui ont traversé tous les territoires, croisées à une activité électrique extrêmement forte...". La gestion de la crise aurait-elle pu être mieux anticipée ?    Oui, répond sur LCI le porte-parole du ministère de l'Intérieur Frédéric de Lanouvelle, pour qui "elle a été déclenchée trop tard" par Météo France. De plus, la vigilance orange est "très souvent utilisé" ; quand il y a un vrai problème, les gens n'en tiennent pus compte".

Pour mieux prévenir les habitants du niveau d'alerte, le "Vigicrues Flash" sera mis en place et consiste à l'envoi d'un SMS aux maires des communes... inscrites.  1000 le sont, 10 000 sont éligibles, explique la secrétaire d'Etat la Brune Poirson sur BFMTV. Elle reconnaît cependant qu'il faut poursuivre les inscriptions. Elle annonce dans le même temps l'installation prochaine d'un supercalculateur au sein de Météo France : d'un coût de 140 millions d'euros, et pour améliorer la prévision des catastrophes climatiques notamment en termes de localisation. Ces mesures sont supposées faire taire les critiques, Météo France ayant vu son budget largement amputé ces dernières années. Car, en effet, d'après un rapport publié par le Sénat en juin dernier, la subvention allouée par l'Etat pour charges de service public, qui représente la moitié de ses recettes, est en baisse pour la sixième année consécutive ; avoisinant les 200 millions d'euros en 2014, elle n'est que de 188,8 millions d'euros cette année. Ainsi, le nombre de salariés a largement diminué au sein de l'institut météorologique, à cause du non-remplacement de 20 % des collaborateurs partis à la retraite. De plus, pour accompagner le remplacement progressif des humains par des automates, la moitié des centres départementaux ont fermé et donne des DESERTS METEOROLOGIQUES.

 

 

Le risque zéro n'existe pas... mais...

Les inondations sont naturelles dans cette région, on ne peut pas accuser la nature

Le département de l'Aude est historiquement lié aux inondations : orages brefs, localisés et très violents, accompagnés de pluies intenses, dits "épisodes méditerranéens" ou "orages cévenols". Le département est presque entièrement constitué du bassin versant du fleuve dont il tire son nom. En clair, cela signifie que quasiment toute goutte de pluie qui tombe sur le territoire finit sa course dans l'Aude. C'est dire si les zones riveraines du fleuve sont particulièrement concernées par le risque d'inondation, explique le site du département. D'ailleurs, l'histoire a largement prouvé que cela pouvait entraîner des effets dramatiques, avec des destructions de biens mais aussi des morts et des disparitions de personnes. Même si depuis 2010, MétéoFrance étudie de près ces phénomènes, ils restent difficiles à anticiper : leur fréquence est très aléatoire, selon l'organisme de prévision cité par Sud Ouest. Car en fait la plupart des modèles climatiques simule l'évolution du climat en se basant sur des zones relativement larges. Mais à cette échelle, les spécificités du climat ne peuvent pas être correctement représentées. Sans compter que "tout ce qui a trait au cycle hydrologique reste assez incertain dans les simulations de changement climatique des premières décennies du XXIème siècle".

Des gros moyens financiers sont déjà mis en place

Depuis la tempête de 1999, de gros efforts financiers ont été menés dans le cadre des politiques de prévention des inondations.  Ces programmes baptisés "Papi" Programme d'Action der Prévention des Inondations, sont élaborés entre l'Etat et les collectivités locales concernées, explique LES ECHOS. "Sur la période 2006-2014, 61 millions d'euros d'investissement très divers ont été faits, à travers 308 actions qui vont de la construction de digues au recalibrage des cours d'eau, à la création de bassins de rétention ou la suppression de piliers de ponts pour fluidifier le débit. Les 10 km de digues réalisées sur la commune de CUXAC D'AUDE représentent à eux seuls un coût de 25 milions d'euros". Mais en temps normal, pour réaliser la moindre digue, il faut trois ans d'études !  Les lois liées à l'environnement restent extrêmement compliquées. De fait, dans l'Aude, sur le Papi 2, tous les  crédits sont loin d'avoir été consommés" explique Alain Péréa, député LREM de l'Aude et membre de la commission mixte des inondations au niveau national. L'agrandissement des canaux, connectés entre eux, de manière à faciliter l'écoulement de l'eau, sont par exemple en cours.

Source : CAPITAL.

 

 

Le risque zéro n'existe pas... mais...

Narbonne est sous l'eau - A Carcassonne, l'eau a même infiltré le sous-sol du centre hospitalier. Situé en périphérie de la ville, à moins d'un km d'un bras de l'Aude en crue, l'établissement a été construit sur une zone inondable.

L'hôpital a été inaccessible pendant quelques heures lundi matin (ce qui est préjudiciable aux secours) avant qu'une dépanneuse ne vienne débarrasser les véhicules charriés par l'eau qui bloquaient son accès.

"Voilà ce qui arrive quand on construit un hôpital (tout neuf- 2014)) en zone inondable connue" ; il a été bâti sur une zone connue pour être INCONSTRUCTIBLE" se désole Jean-Philippe Masson, radiologue à Carcassonne et président de la Fédération nationale des médecins radiologues FNMR.  Des installations techniques ont été endommagées dans des salles qui ne servent pas aux soins ; l'eau a endommagé le système des ascenseurs destinés aux malades ; L'établissement a été entouré de bassins censés recueillir l'eau en cas de fortes pluies, mais les études s'étaient fondées sur les plus hauts niveaux de crue....................  Les canaux ont été engorgés au-delà de leur capacité.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Très bel article, il faudrait arrêter de construire sur des zones inondables et accorder plus d'importance à la vie humaine qu'à l'argent. Bises.
N
Un superbe article, Eliane, où tu mets en lumière tout le désastre dans lequel est plongé des milliers de personnes. Quand prendra t-on de véritable mesures, à savoir de ne pas réaliser des constructions dans des zones inondables etc etc. Il y aurait tant de choses à dire et tu en as dit pas mal. Espérons que la sonnette d'alarme aura retenti dans la tête de nos hauts dignitaires qui eux, sont à l'abri dans leurs chaussures....vernies. Bisous. je partage sur ma F
E
Merci Nell, t'es super !
D
ce qui me paraît clair, c'est qu'on construit toujours en zone inondable, et qu'on va continuer à y habiter, jusqu'à la prochaine !
E
Malheureusement, ce type de catastrophe ne tire pas le signal d'alarme, notre société étant basée sur le profit, l'argent-roi, la spéculation des promoteurs immobiliers................ au détriment de vies humaines. COLERE !
F
Bonjour Éliane,

Effectivement la construction , le bétonnage à outrance ont pour conséquence un écoulement non maîtrisable des eaux de pluies tombées en abondance. Quant aux prévisions, il faut convenir que certaines situations exceptionnelles sont difficiles à discerner et donc d'en prévoir la grande dangerosité. Maintenant il est grand temps de prendre le réchauffement climatique très au sérieux ... seulement voilà une révision de nos comportements et moyen de consommer entraînent infailliblement la récession par cessation de moult activités humaines et forcément porte atteinte au "Grand Capital" ... Qui est prêt à muter dans un nouveau type de société où l'humain, la Vie, prime sur l'argent ?...
Une fois de plus ,je me permets de mentionner le film "Demain" qui recelait bon nombre de solutions pour apprendre et commencer à vivre autrement...
https://www.demain-lefilm.com/
E
Abolition de l'argent et des profits.
R
Il y a tellement à dire….les constructions anarchiques, les élus qui se fichent éperdument de l'écologie….le profit pardessus tout… :(
E
Bien dit, mon amie. Toi, tu as tout compris.